Dernières News

CNESMAG 74 – CLIMAT : ONE PLANET SUMMIT

CNESMAG : L’ouragan Matthew de 400 km de large, à ce jour le plus meurtrier, était à 200 km au nord-ouest de Miami Beach (Floride, États-Unis) lorsque l’image Sentinelle-3A a été prise le 07/10/2016 © Copernicus Sentinel data (2017) - ESA

CNESMAG 74 – CLIMAT : ONE PLANET SUMMIT

Le numéro 74 de CNESMAG vient d’être mis en ligne. Il est consacré à notre planète et au réchauffement climatique. Présentation: Parce que 26 des 50 variables climatiques essentielles qui décrivent le climat ne peuvent être observées que depuis l’espace, le CNES a fait de la lutte contre le changement climatique sa priorité, en coopérant avec ses partenaires internationaux pour développer des outils toujours plus performants et surtout en organisant une véritable coordination entre toutes les agences spatiales du monde entier. Parce que nous n’avons qu’une seule planète et qu’elle le vaut bien.

La version PDF est disponible ici.

L’éditorial de Jean-Yves Le Gall (président du CNES)

2017 restera associée aux cyclones qui ont frappé notre planète avec une violence inconnue jusqu’alors. Harvey au Texas, Irma à Saint-Martin, Maria sur l’arc antillais sont entrés dans l’histoire avec leurs records de précipitations, de vitesses de vent et de destructions. Et ils ont mis en évidence le rôle incontournable des satellites pour observer le climat. Ce sont les satellites qui ont détecté la température anormalement élevée de l’océan, 31 °C au lieu des 26 °C habituels, responsable de l’emballement de la machine climatique. Ce sont les satellites qui ont prévenu de l’arrivée des intempéries et permis d’évacuer les populations. Et ce sont les satellites, pilotés par la charte « Espace et catastrophes majeures », qui ont guidé les secours vers les zones sinistrées. Parce que 26 des 50 variables climatiques essentielles qui décrivent le climat ne peuvent être observées que depuis l’espace : pour mettre en évidence le réchauffement de notre planète, pour mesurer l’augmentation du niveau des océans de 3,2 millimètres par an ou pour contrôler les émissions de gaz à effet de serre. C’est pour cela que le CNES a fait de la lutte contre le changement climatique sa priorité, en coopérant avec ses partenaires internationaux pour développer des outils toujours plus performants, et surtout en organisant une véritable coordination entre toutes les agences spatiales du monde entier. À cet égard, le « One Planet Summit », voulu par le Président de la République, va nous permettre d’accélérer cette prise de conscience et de créer un véritable observatoire spatial du climat. Parce que nous n’avons qu’une seule planète et qu’elle le vaut bien…

Source

La page du CNES avec le numéro est ici.
Scroll Up