Dernières News

La planète géante la plus chaude connue (KELT-9b)

planète géante la plus chaude KELT-9b est la planète géante la plus chaude jamais découverte.

La planète géante la plus chaude connue (KELT-9b)

Des astronomes ont découvert la planète géante la plus chaude connue à ce jour, KELT-9b. Cette gazeuse a des températures pouvant atteindre plus de 4.300° Célsius. Cette super Jupiter (elle est 2,8 X plus massive) est plus chaude que beaucoup d’étoiles. Elle tourne autours de son étoile (KELT-9) en seulement 36 heures, une géante bleue. Celle-ci est encore plus chaude avec des températures dépassant les 10.000°C. Cette exoplanète a une orbite située à la perpendiculaire du plan de son étoile. De plus elle est synchronisée avec, à limage de la Terre et de la Lune, KELT-9b présente toujours la même face. Elle a donc un côté constamment éclairé et un autre toujours dans l’obscurité. Cette découverte a été publiée dans la revue NATURE. Scott Gaudi, professeur d’astronomie à l’Ohio State University à Columbus, l’auteur principale de cette étude y déclare :

« C’est la planète géante la plus chaude qui a jamais été découverte »

Animation de KELT-9b et de son étoile

KELT-9

Animation montrant la danse entre la planète géante la plus chaude connue et son étoile. Crédit NASA/JPL

Joshua Pepper, astronome et professeur adjoint de physique à l’Université Lehigh de Bethléem, en Pennsylvanie est à l’origine des deux télescopes KELT qui ont été utilisé pour cette découverte et qui lui ont donné son nom.

« Cette découverte témoigne du pouvoir de découverte des petits télescopes et de la capacité des scientifiques citoyens pour contribuer directement à la recherche scientifique de pointe »

Les astronomes espèrent justement pouvoir utiliser des appareils plus puissants dont les télescopes spatiaux Spitzer et Hubble de la NASA pour mieux étudier ce système. Cela permettrait de vérifier si cette exoplanète à une queue cométaire et de déterminer combien de temps elle survivra dans ces conditions extrêmes. Knicole Colon, coauteur de l’étude ajoute :

« Parce que cette planète est aussi chaude qu’une étoile, c’est une cible exceptionnelle à observer dans toutes les longueurs d’ondes, de l’ultraviolet au infrarouge, lors des transits et des éclipses. De telles observations nous permettront d’avoir une vue aussi complète de son atmosphère que possible pour une planète en dehors de notre système solaire. »

Source

Retrouvez un article publié par la NASA le 05/06/2017 ici. L’étude publiée dans la revue Nature est ici.