Dernières News

Mars Express aurait découvert de l’eau liquide sous le pôle sud de Mars

liquide sous le pôle sud de Mars Le pôle sud de Mars imagé par la sonde européenne Trace Gas Orbiter. La sonde Mars Express y aurait détecté un lac en sous-sol. Crédit: ESA/Roscosmos/CaSSIS

Mars Express aurait découvert de l’eau liquide sous le pôle sud de Mars

Les données récoltées par le radar de la sonde européenne Mars Express semblent révéler la présence d’eau liquide sous le pôle sud de Mars. On sait que dans un lointain passé la planète rouge avaient des océans et qu’actuellement il y a de la glace. Si en surface on ne trouve pas d’eau, les scientifiques soupçonnaient depuis longtemps la présence d’eau liquide à la base des calottes polaires martiennes, cette fois il semblerait que cela soit confirmé. Une étude menée par Roberto Orosei, un scientifique de l’Institut national d’astrophysique de Bologne, en Italie révèle l’existence d’un lac caché sous une couche de glace qui ferait environ 20 km de large. Le radar MARSIS de la sonde n’a pas été en mesure de confirmer la profondeur de ce lac mais elle devrait être d’au moins un mètre. Il est situé dans situé dans la région nommée Planum Australe à une profondeur de 1,5 km. Il aura fallu 29 observations sur une période de trois ans (2012-2015) pour obtenir ces résultats. En résumé, le radar envoie des ondes électromagnétiques qui sont réfléchies par la surface martienne et il récupère ensuite l’information. Cela permet d’explorer le sol et le sous-sol de Mars.

De l'eau liquide sous le pôle sud de Mars

En bleu, le secteur ou se trouverait un lac d’eau liquide en sous-sol. La zone étudiée mesure 200 km et le lac ferait 20 km de large. Crédit: Context map: NASA/Viking; THEMIS background: NASA/JPL-Caltech/Arizona State University; MARSIS data: ESA/NASA/JPL/ASI/Univ. Rome; R. Orosei et al 2018

Roberto Orosei déclare : « Cette anomalie de subsurface sur Mars possède des propriétés radar correspondant à l’eau ou aux sédiments riches en eau » et il ajoute « Cette découverte passionnante est un point culminant pour la science planétaire et contribue à la compréhension de l’évolution de Mars, de l’histoire de l’eau sur une planète voisine et de son habitabilité. »

Image radar MARSIS

Cette image montre un exemple du profil radar de l’un des 29 passages. Les reflets les plus brillants montrent une anomalie interprétée comme étant de l’eau liquide. Crédit: ESA/NASA/JPL/ASI/Univ. Rome; R. Orosei et al 2018

L’étude précise que la température de l’eau doit être glaciale, de l’ordre de -68°C, mais ils y auraient de vastes quantités de sels de magnésium, de sodium et de calcium. Cette salinité extrême permet de conserver l’eau à l’état liquide. On peut lire dans un article publié par Nature qu’il est peut-être semblable à des lacs sous-glaciaires super-salés repérés dans l’Arctique canadien. Si cette découverte est confirmée, cela serait la première fois que l’on détecte une vaste surface d’eau liquide permanente sur Mars. Cependant, en étant situé à 1,5 km de profondeur son exploration relève du défis.

Source

Le communiqué publié le 25/07/2018 par l’ESA se trouve ici. Retrouvez également un article publié par le journal Nature ici. L’étude a été publiées dans Science ici.

M.A.J. du 06/07/2018

Le site « Rêves d’Espace » a rencontré l’un des plus grands experts français de Mars, Sylvestre Maurice, planétologue à l’IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) de Toulouse. Il est aussi le responsable scientifique français pour la caméra ChemCam du rover Curiosity et de la SuperCam du prochain rover martien de la NASA, Mars 2020.

Source

L’article publié le 05/08/2018 sur le site Rêves d’Espace est ici

M.A.J. 18/08/2018

Le CNES a publié un entretien de Francis Rocard (le responsable des programmes d’exploration du Système solaire au CNES)

Peut-on espérer y découvrir une forme de vie ? 

La présence de la vie est liée à celle de l’eau liquide, mais encore faut-il que celle-ci possède les bonnes propriétés. Malheureusement, il est peu probable que cela soit le cas ici. En effet, cette eau trouvée est extrêmement salée, ce qui empêche le développement de la majorité des formes de vie connues. Cependant, il existe quelques espèces capables de vivre dans des environnements extrêmes, ce qui laisse le sujet ouvert.

De nouvelles découvertes sont-elles à prévoir ? 

Ce lac laisse supposer que d’autres étendues d’eau existent ailleurs sur la planète rouge. La sonde Mars express et son radar MARSIS vont continuer de chercher autour des pôles nord et sud, en espérant faire de nouvelles découvertes. Une autre sonde, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), est également en orbite avec un autre radar, SHARAD, mais les ondes de ce dernier ne peuvent pas pénétrer autant le sol que celles de MARSIS

Source

L’intégralité de l’article publié par le CNES est ici.

Scroll Up