Dernières News

Queqiao : L’antenne relais chinoise pour la face cachée de la Lune

Queqiao La Terre vue depuis la face cachée de la Lune par un petit satellite chinois. Crédit: CNSA

Queqiao : L’antenne relais chinoise pour la face cachée de la Lune

Queqiao est un satellite chinois qui doit servir de relais de communication pour le futur atterrisseur lunaire et le rover de la mission Chang’e 4. L’alunissage sur la face cachée est prévu pour la fin 2018. Queqiao a été placé en orbite le 21 mai 2018 par une fusée Longue Marche 4C, tirée depuis la base de lancement de Xichang. Ce satellite de 425 kg a été positionné au Point de Lagrange L2, à une distance d’environ 65000 km de la Lune. Cette mission marque la première étape du retour de la Chine sur la Lune depuis la fin des activités de Yutu, il avait pris des centaines d’images de la surface lunaire.

Le lancement de Queqiao

Schéma montrant la communication entre la Terre et la face cachée de la Lune

Le satellite chinois dispose d’une antenne de 4,2 mètres pour assurer les transmissions entre la Terre et la Lune.

Queqiao

Ce schéma montre comment le satellite communique entre la Terre et la face cachée de la Lune. Crédit: Planetary Society

Deux mini-satellites : Longjiang-1 et 2

Queqiao n’a pas fait le voyage tout seul, il est accompagné par deux petits satellites (Longjiang-1 et 2) de 45 kg seulement pour une taille de 50 × 50 × 40 cm. Ils doivent servir pour réaliser une expérience d’interférométrie ainsi que des tests d’émission radio. Malheureusement, Longjiang-1 a eu un problème et n’a pas réussi à atteindre l’orbite lunaire mais son petit frère a réussi. Par chance le survivant, Longjiang-2, est celui qui emporte une micro caméra développée en Arabie Saoudite par l’université du Roi Abdulaziz pour les sciences et la technologie d’Arabie Saoudite (KACST, King Abdulaziz City for Science and Technology). Il a déjà fait parvenir les premières photos.

La Terre vue par Longjiang

La Terre et une région de la face cachée de la Lune. Crédit: NSA/CLEP/KACST

Source

Pour approfondir, retrouvez un article de The Planetary Society ici et une présentation détaillée par le site Rêves d’Espace ici.

Scroll Up