Dernières News

Arianespace leader sur le marché géostationnaire: bilan 2018 et prévisions

Arianespace leader Malgré la concurrence, Arianespace reste leader sur le géostationnaire en 2018 et l'avenir se prépare.

Arianespace leader sur le marché géostationnaire: bilan 2018 et prévisions

Arianespace leader en 2018 sur le marché géostationnaire : Le groupe européen reste le leader sur la marché des satellites géostationnaires avec 11 lancements depuis le Centre spatial guyanais (CSG) avec sa gamme de lanceurs Ariane 5, Soyuz et Vega. Ces lancements réalisés pour 13 clients, dont cinq au profit d’institutions européennes, ont permis de mettre en orbite 21 satellites pour près de 57 tonnes de charge utile, et d’atteindre un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros. Arianespace a publié un communiqué de presse résumant son activité en 2018 et présentant son programme pour 2019 :

APRES 11 LANCEMENTS EN 2018 ET UN LEADERSHIP COMMERCIAL RÉAFFIRME, ARIANESPACE SE TOURNE VERS LES DÉFIS DE 2019

En 2018, Arianespace a maintenu un rythme d’activité soutenu avec un total de onze lancements réalisés, dont quatre doubles avec Ariane 5 ECA. Avec 18 contrats signés pour l’ensemble de ses lanceurs actuels et futurs, Arianespace confirme sa dynamique commerciale et son leadership sur le marché géostationnaire. L’année aura également été marquée par le premier contrat commercial pour Ariane 6 et la commercialisation de la première mission de lancement multiple avec le système SSMS de Vega pour un lancement en 2019. Deux contrats signés fin 2018 avec le CNES sont par ailleurs annoncés aujourd’hui pour des charges utiles auxiliaires qui viendront compléter une mission Soyuz prévue en 2019. Le planning opérationnel de 2019 s’annonce très dense avec jusqu’à 12 missions à effectuer par Ariane 5, Soyuz et Vega depuis le Centre Spatial Guyanais. En parallèle, Arianespace prépare activement l’arrivée des lanceurs Vega C et Ariane 6 et poursuit leur commercialisation.

2018 : une cadence de lancements soutenue et une performance commerciale remarquable

En 2018, Arianespace a effectué 11 lancements depuis le Centre spatial guyanais (CSG) avec sa gamme de lanceurs Ariane 5, Soyuz et Vega. Ces lancements réalisés pour 13 clients, dont cinq au profit d’institutions européennes, ont permis de mettre en orbite 21 satellites pour près de 57 tonnes de charge utile, et d’atteindre un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros. A travers ces missions, Arianespace a une fois de plus démontré sa mobilisation pour ses clients et la polyvalence de ses services :

Une disponibilité et une capacité opérationnelle remarquables permettant de réaliser six lancements en moins de trois mois (25 septembre – 19 décembre) et d’accomplir avec succès un lancement toutes les deux semaines entre le 6 novembre et le 19 décembre.

Une polyvalence exceptionnelle avec sa gamme de trois lanceurs adaptée à toutes les masses, vers toutes les orbites et pour tous types de missions y compris les plus emblématiques : quatre satellites supplémentaires pour Galileo (VA244), la 100e Ariane 5 (VA243) et BepiColombo, première mission européenne vers Mercure (VA245) ; Aeolus destiné à la mesure des vents (VV12) ; le lancement du satellite d’observation militaire CSO-1, qui signait également le 20e lancement (VS20) de Soyuz depuis le CSG. En 2018, Arianespace a fêté son 300e lancement, tous lanceurs confondus, et avait atteint fin décembre 2018 :

6 Ariane (dont 102 Ariane 5)
6 Soyuz (dont 20 depuis le CSG)
13 Vega.

18 contrats signés en 2018, dont le premier contrat commercial pour Ariane 6 et le premier vol Vega SSMS

En 2018, Arianespace a réalisé une performance commerciale remarquable avec 18 contrats signés pour 15 clients différents afin de mettre en orbite 26 nouveaux satellites (de neuf kilogrammes à plus de six tonnes). Cela représente l’équivalent de 2 Ariane 5, 2 Ariane 64, 1 Ariane 62, 3 Vega/Vega C (dont le vol de démonstration SSMS), ainsi que deux premières opportunités pour le vol SSMS 2 sur Vega et deux nanosatellites du CNES (ANGELS et EyeSat) qui embarqueront sur Soyuz en 2019. En outre, le satellite Taranis, signé également avec le CNES en 2012, volera sur Vega en 2020. Dans le contexte d’un marché des satellites de télécommunication géostationnaires très attentiste, Arianespace réaffirme son leadership sur ce segment, avec le gain de huit satellites supplémentaires (cinq Eutelsat, deux ISRO, un B-SAT), portant à 28 les satellites GEO dans son carnet de commandes et devançant nettement ses concurrents en termes de part de marché.

Vega confirme également ses succès dans le domaine de l’observation de la Terre, avec trois satellites supplémentaires gagnés. A noter également, la commercialisation du vol de démonstration du service de lancement multiple de petits satellites (SSMS) ayant donné lieu à la signature d’accords commerciaux avec sept clients pour un lancement en 2019. La commercialisation des futurs lanceurs européens s’est poursuivie avec la signature en septembre du premier contrat commercial pour Ariane 64 dans le cadre d’un accord multi-lancements portant sur cinq satellites avec Eutelsat. Côté institutionnel, CSO-3, pour le CNES et la
DGA, est venu consolider les engagements pris en faveur d’Ariane 62 en phase de Transition d’Ariane 5 vers Ariane 6.

Arianespace prête à relever les défis de 2019

Début 2019, le carnet de commandes d’Arianespace atteint 4,2 milliards d’euros. Il comprend l’équivalent de 54 lancements pour le compte de clients répartis comme suit (en valeur) :

70% commerciaux, 30% institutionnels

40% pour des missions géostationnaires (GEO) et 60% pour des missions non GEO

68% pour les télécommunications, 24% pour l’observation de la Terre, 4% pour la navigation et 4% pour la science et la technologie

Jusqu’à 12 lancements depuis le CSG avec la famille de lanceurs actuels…

Trois campagnes de lancements sont actuellement en cours au Centre spatial guyanais avec les trois lanceurs de la gamme actuelle d’Arianespace. La cadence soutenue du dernier trimestre 2018 se poursuit avec quatre lancements visés dès le premier trimestre 2019. Au total, jusqu’à 12 lancements sont prévus depuis le CSG en 2019, dont deux missions institutionnelles.

Jusqu’à cinq Ariane 5, toutes en lancements doubles vers l’orbite de transfert géostationnaire, dont la première prévu le 5 février 2019 pour les clients Arabsat, Hellas Sat et « King Abdulaziz City for Science and Technology » d’une part et l’ISRO d’autre part

Jusqu’à trois Soyuz : le premier lancement de la constellation OneWeb (qui ouvrira la voie à de prochains lancements depuis Baïkonour à partir du dernier trimestre 2019) ; une cinquième mission pour O3b/SES ; la mission COSMO-SkyMed/CHEOPS (pour l’agence spatiale et le Ministère de la Défense italiens et l’ESA) ;

Jusqu’à quatre lancements Vega : la mission PRISMA pour l’agence spatiale italienne (ASI), les deux Falcon Eye pour les Emirats arabes unis et le vol de démonstration du service de lancement de petits satellites (SSMS) de Vega, programme lancé par l’ESA en 2016 avec la contribution de la Commission européenne et qui a pour but de répondre aux besoins institutionnels et commerciaux du nouveau marché prometteur des microsatellites.

Le vol de qualification de Vega C à partir de la fin de l’année

Aux côtés de l’ESA, maître d’ouvrage du programme Vega C, et d’Avio, maître d’œuvre du lanceur, Arianespace prépare activement le premier lancement de Vega C qui, grâce à une augmentation de sa capacité d’emport (masse et volume utiles), pourra accomplir une variété encore plus importante de missions (des nanosatellites aux gros satellites optiques
et radars). Arianespace engagée pour la réussite des étapes décisives de l’Europe des lanceurs en 2019 Outre la préparation des vols inauguraux de Vega C et d’Ariane 6, Arianespace contribue activement, avec ses partenaires, aux rendez-vous clés de 2019 pour l’Europe des lanceurs. Il s’agira notamment de finaliser avec ArianeGroup la commande industrielle du dernier lot d’Ariane 5 ainsi que des lanceurs Ariane 62 et Ariane 64 de la phase de Transition. Il s’agira également de préparer la prochaine conférence ministérielle de l’ESA, baptisée « Space19+ », qui se tiendra en novembre 2019 à Séville (Espagne) et devra définir la feuille de route d’Ariane 6 et de Vega C en phase stabilisée, tout en consolidant les engagements institutionnels autour de ces lanceurs.

Source

Retrouvez l’intégralité de ce communiqué de presse publié par Arianespace le 09/01/2019 ici

Scroll Up