Artémis

Artémis : Un nom et une rallonge budgétaire pour retourner sur la Lune

Artémis : Un nom et une rallonge budgétaire pour retourner sur la Lune

La NASA a dévoilé le nom de la mission qui devra envoyer des américains sur la Lune en 2024. Elle a été baptisée Artémis, en référence à la déesse de la Lune dans la mythologie grecque. Elle est la fille de Zeus et la sœur d’Apollon. Ce choix n’est pas anodin, car cette fois une américaine fera parti de l’aventure, pour devenir la première femme à marcher sur la Lune. Artémis est en quelque sorte la version féminine des anciennes missions Apollo. Afin de relever cet immense défi lancé par le président Trump, la NASA se voit allouer une rallonge budgétaire de 1,6 milliards de dollars, venant s’ajouter au 21 milliards de son budget actuel. L’annonce a été faite le 13 mai 2019 par Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA. Si Donald Trump l’a confirmé sur Twitter, cette augmentation doit encore être votée par le Congrès.

Les évolutions du Budget de la NASA

Dans le détail, Jim Bridenstine a présenté les ajustement liés à ce coup de pousse supplémentaire. Le futur lanceur de la NASA, le Space Launch System (SLS) et la capsule habitable Orion se voient allouer une enveloppe de 651 millions de dollars pour combler le retard pris. Le milliard restant servira principalement pour financer le futur atterrisseur lunaire qui sera réalisé par une société privée, comme Boeing, Lockheed Martin ou encore Blue Origin qui a présenté son projet Blue Moon le 9 mai dernier. Pour le projet de station spatiale lunaire, Deep Space Gateway une baisse de l’enveloppe de 321 millions de dollars a été actée. Le but est d’en faire un point d’appui pour les futurs missions habitées. Elle se contentera du minimum pour qu’elle soit rapidement opérationnelle. Enfin, 132 millions de dollars serviront au développement de nouvelles technologies utiles à la surface de la Lune et 90 millions iront dans la conception d’un robot d’exploration.

Côté calendrier dans les grandes lignes, le SLS devait être testé en 2020 mais a vu du retard, 2021 semble plus crédible. En 2022, les premiers éléments du Deep Space Gateway seront lancés et en 2024 deux astronautes américains (dont une femme) se poseront sur notre satellite naturel. A partir de 2028, la NASA envisage une présence durable sur la Lune et une mission  à destination de Mars vers 2030. Cette feuille de route peut encore évoluer en fonction des différents retards mais dans les prochaines années le budget devrait continuer d’évoluer à la hausse pour tenir cette deadline.

Source

L’article publié par la NASA le 14/05/2019 est ici. Le document précisant les évolutions budgétaires est ici. Le site consacré au programme lunaire de la NASA est ici