La sonde Parker Solar Probe donne un nouvel éclairage sur le Soleil

La sonde Parker Solar Probe donne un nouvel éclairage sur le Soleil

La sonde Parker Solar Probe donne un nouvel éclairage sur le Soleil

Lancée en août 2018, la sonde Parker Solar Probe s’est approchée du Soleil plus près que n’importe qu’elle autre engin lancé par l’homme. Au cours de ses premiers vols, la sonde a étudié le soleil à une distance d’environ 15 millions de kilomètres. C’est déjà plus proche du Soleil que de Mercure, mais le vaisseau spatial de la NASA va encore se rapprocher progressivement. Parmi les objectifs scientifiques, les scientifiques aimeraient comprendre pourquoi  la couronne solaire est beaucoup plus chaude que la surface du Soleil et en découvrir d’avantage sur le vent solaire. Le 4 décembre 2019, l’agence spatiale américaine a organisé une conférence de presse pour annoncer la première moisson de résultats. Les premières données apportent déjà un nouveau regard.

Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint chargé des sciences au siège de la NASA à Washington se félicite des premiers résultats obtenus.

Ces premières données de Parker révèlent notre étoile, le Soleil, sous des formes nouvelles et surprenantes. Observer le Soleil de près plutôt que de beaucoup plus loin nous donne une vue sans précédente sur les phénomènes solaires importants et leur incidence sur la Terre, ainsi que sur de nouvelles perspectives pertinentes pour la compréhension des étoiles actives à travers les galaxies. C’est le début d’une période extrêmement excitante pour l’héliophysique avec Parker à l’avant-garde des nouvelles découvertes.

La dynamique du vent solaire

Observé près de la Terre, le vent solaire est un flux de plasma relativement uniforme, avec des chutes turbulentes occasionnelles. En étant au plus proche, Parker Solar Probe a une vision très différente avec un système complexe et actif. Les observations de la sonde la NASA dévoilent une série de petits jets de matières qui sont imprévisibles et de vitesse très différentes. Stuart Bale, de l’Université de Californie à Berkeley, en charge des instruments FIELDS de Parker Solar Probe, qui étudie l’ampleur et la forme des champs électriques et magnétiques déclare :

La complexité était époustouflante lorsque nous avons commencé à examiner les données. Maintenant, je me suis habitué. Mais quand je les montre à mes collègues pour la première fois, ils sont tout simplement époustouflés.

La dynamique du vent solaire
Parker Solar Probe a observé des retours en arrière – des perturbations de déplacement dans le vent solaire qui ont provoqué le repliement du champ magnétique sur lui-même – un phénomène encore inexpliqué qui pourrait aider les scientifiques à découvrir plus d’informations sur la manière dont le vent solaire est accéléré.

Le vent solaire est constitué de plasma, où les électrons chargés négativement se sont séparés des ions chargés positivement, créant une mer de particules flottant librement avec une charge électrique individuelle. Ces particules flottant librement signifient que le plasma est porteur de champs électriques et magnétiques, et les changements dans le plasma marquent souvent ces champs. Les instruments de la sonde ont étudié l’état du vent solaire en mesurant et en analysant soigneusement l’évolution des champs électriques et magnétiques autour de l’engin spatial, ainsi qu’en mesurant les ondes dans le plasma voisin. Ces mesures ont montré des inversions rapides du champ magnétique et des jets de matériaux soudains se déplaçant plus rapidement. Ces détails sont essentiels pour comprendre comment le vent disperse l’énergie à mesure qu’il s’éloigne du Soleil et du système solaire

L’instrument WISPR sur la sonde solaire Parker de la NASA a capturé des images de la sortie constante de matériaux du Soleil lors de son approche en novembre 2018. Crédit: NASA / NRL / APL

Les événements de particules énergétiques solaires sont importants à comprendre car ils peuvent survenir soudainement et conduire à des conditions météorologiques spatiales près de la Terre qui peuvent être potentiellement nocives pour les astronautes. Comprendre les sources, l’accélération et le transport des particules énergétiques solaires aidera à mieux protéger les humains dans l’espace à l’avenir.

L’instrument WISPR sur la sonde solaire Parker de la NASA a capturé des images de la sortie constante de matériaux du Soleil lors de son approche en avril 2019. Crédit: NASA / NRL / APL

La poussière cosmique près du soleil

Une autre question que se posaient les scientifiques et qui s’approche d’une réponse est la zone sans poussière proche du Soleil. Notre système solaire est inondé de poussière qui sont les miettes cosmiques des collisions qui ont formé des planètes, des astéroïdes, des comètes et d’autres corps célestes il y a des milliards d’années. Les scientifiques soupçonnent depuis longtemps que, près du Soleil, cette poussière serait chauffée à des températures élevées par une lumière solaire puissante, la transformant en gaz et créant une région sans poussière autour du Soleil. Mais personne ne l’avait jamais observé jusqu’à présent. Pour la première fois ce phénomène a été constaté avec la sonde de la NASA. Ses instruments ont vu la poussière cosmique commencer à s’amincir, Au rythme de l’amincissement, les scientifiques s’attendent à voir une zone vraiment sans poussière commençant à un peu plus de 2 à 3 millions de kilomètres du Soleil – ce qui signifie que Parker Solar Probe pourrait observer la zone sans poussière dès 2020, lors de son sixième survol du Soleil le rapprochera plus que jamais de notre étoile.

Les données recueillies par la sonde de la NASA vont permettre de mieux comprendre notre étoile. La météo spatiale, les tempêtes solaires qui peuvent nous affecter, la protection de astronautes ou encore l’étude des autres étoiles qui peuplent l’univers vont forcément progresser grâce à Parker Solar Probe. Nicola Fox, directeur de la Division d’héliophysique au siège de la NASA explique :

Le Soleil est la seule étoile que nous pouvons examiner de près. Obtenir des données à la source révolutionne déjà notre compréhension de notre propre étoile et des autres étoiles à travers l’univers. Notre petit vaisseau spatial traverse des conditions brutales pour envoyer des révélations surprenantes et passionnantes.

Cinq découvertes de la sonde Parker Solar Probe (Anglais)
New Discoveries from Our Mission to Touch the Sun

Source

Retrouvez un article publié par la NASA le 04/12/2019 ici