Le CST-100 Starliner de Boeing

Réussite du test d’éjection pour le CST-100 Starliner de Boeing

Réussite du test d’éjection pour le CST-100 Starliner de Boeing

Si Boeing est dans une situation compliqué en ce moment au niveau aéronautique, le géant américain semble avancer sur le CST-100 Starliner. Cette capsule habitable, à l’instar du Crew Dragon de SpaceX, sera en charge d’acheminer les astronautes de la NASA vers la station spatiale internationale (ISS). Le 4 novembre dernier, Boeing procédait au test du système d’éjection depuis le Centre de lancement de White Sands, au Nouveau Mexique. Le CST-100 Starliner a allumé ses moteurs pendant cinq secondes pour atteindre environ 1370 mètres d’altitude et simuler une éjection d’urgence. La séparation entre le module de service et la capsule s’est déroulée comme prévu. La capsule est ensuite revenue se poser en douceur avec ses parachutes.

Tout n’a pas été parfait pour autant pour le CST-100

Seul ombre au tableau, sur les trois parachutes principaux, un ne s’est pas déployé. Toutefois le CST-100 est prévu pour se poser avec 2 parachutes, le test a donc été considéré comme une réussite. Boeing précise dans un communiqué qu’il s’agit d’une anomalie de déploiement, pas d’une défaillance du parachute. Il est trop tôt pour déterminer pourquoi les trois principaux parachutes n’ont pas été déployés. Toutefois, le déploiement réussi des deux parachutes est acceptable pour les paramètres de test et la sécurité de l’équipage. Kathy Lueders, responsable du programme des équipes commerciales de la NASA rassure :

Des tests comme celui-ci sont essentiels pour garantir la sécurité la plus grande possible. Nous sommes ravis des résultats préliminaires et nous avons le travail de vraiment creuser dans les données.

Le CST-100 Starliner
Les airbags du CST-100 Starliner de Boeing se gonflent en prévision de l’atterrissage dans le désert du Nouveau-Mexique dans le cadre du test de son système d’éjection. Crédit : NASA TV

Le prochain lancement de la capsule Starliner est prévu le 17 décembre prochain avec un lanceur Atlas V de United Launch Alliance (ULA), depuis le Kennedy Space Center, en Floride. Cette fois la capsule ira dans l’espace et elle devra revenir se poser sans encombre, sous peine de prendre encore du retard pour le premier vol habité.

Source

Retrouvez un article de la NASA publié le 04/11/2019 ici. Le communiqué sur le test publié par Boeing est ici, celui sur les parachutes et ici.