Arianespace lancera les satellites EarthCARE et Biomass pour l'ESA

Arianespace lancera les satellites EarthCARE et Biomass pour l’ESA

Arianespace lancera les satellites EarthCARE et Biomass pour l’ESA

L’agence spatiale européenne (ESA) et Arianespace ont signé deux nouveaux contrats le 28 octobre dernier. Le premier concerne le  lancement du satellite EarthCARE avec un lanceur Soyouz depuis le CSG pour une date prévisionnelle située en juin 2022. Il sera en charge d’étudier le bilan radiatif de la Terre et de son impact sur le climat. Le second contrat concerne Biomass, un satellite qui va cartographier la quantité de carbone stockée dans les forêts de la planète et de son évolution dans le temps, principalement par l’absorption du dioxyde de carbone libéré notamment par la déforestation. La fenêtre de tir est prévue pour octobre 2022 avec un lanceur Vega. Extrait des communiqués de presse :

Arianespace et l’Agence spatiale européenne (ESA) annoncent aujourd’hui la signature d’un contrat de services de lancement du satellite EarthCARE (Cloud, Aerosol and Radiation Explorer) avec un lanceur Soyuz.

Sixième mission du programme d’exploration de la Terre de l’ESA, EarthCARE a pour objectif d’améliorer notre compréhension du bilan radiatif de la Terre et de ses effets sur le climat. Le satellite d’observation de l’atmosphère terrestre étudiera en particulier le rôle joué par les nuages et les aérosols dans la réflexion du rayonnement solaire incident vers l’espace ainsi que le piégeage du rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre. EarthCARE est une mission menée conjointement par l’ESA et l’Agence spatiale japonaise (JAXA), qui fournit le radar de profilage des nuages CPR (Cloud Profiling Radar). L’ESA est responsable de l’intégralité du système, dont le satellite, trois instruments comprenant un LIDar atmosphérique (ATLID), un Imageur MultiSpectral (MSI) et un radiomètre à large bande (BBR), ainsi que de l’approvisionnement du lanceur et du segment sol (à l’exception du segment chargé des données du CPR).

Le lancement du satellite EarthCARE sera effectué depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe en Guyane française, à bord d’un lanceur Soyuz. La période de lancement visée débute en juin 2022. D’une masse au décollage d’environ 2 350 kg, EarthCARE sera placé sur une orbite polaire héliosynchrone traversant l’équateur en début d’après-midi afin d’optimiser les conditions de lumière diurne. Son altitude à 390 km, doit être la plus basse possible afin d’optimiser l’utilisation du lidar et du radar, tout en évitant que le frottement atmosphérique n’affecte sa consommation d’ergols, réduisant d’autant la durée de vie de la mission. Cette dernière est de trois ans, dont six mois pour la phase de mise en service. La mission a pour objectif de fournir une image de la structure spatiale et temporelle tridimensionnelle des flux radiatifs au sommet de l’atmosphère, dans l’atmosphère et à la surface de la Terre. Les technologies lidar et radar à haute performance, combinées à l’utilisation des différentes techniques de télédétection embarquées sur EarthCARE permettront aux scientifiques d’étudier la relation entre les nuages, les aérosols et les radiations à des niveaux de précision inégalés. Les informations fournies par cette mission de l’ESA et de la JAXA, permettront d’améliorer nos prévisions météorologiques et celles de l’évolution du climat.

Le maître d’œuvre du satellite est AIRBUS Defence and Space (DE) (L’intégralité de ce communiqué publié le 28/10/2019 est ici)

Arianespace et l’Agence Spatiale Européenne (ESA) annoncent aujourd’hui la signature d’un contrat de services de lancement avec le lanceur Vega pour la mission Biomass du programme Earth Explorer.

La mission européenne Biomass – la septième mission du programme Earth Explorer de l’ESA – fournira une cartographie de la quantité de carbone stockée dans les forêts de la planète et de son évolution dans le temps, principalement par l’absorption du dioxyde de carbone libéré notamment par la déforestation. Biomass apportera également un appui essentiel à la mise en œuvre des traités des Nations Unies sur la réduction des émissions résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts. La mission Biomass sera lancée à bord d’un lanceur Vega depuis le Centre spatial guyanais, le port spatial européen en Guyane française (Amérique du Sud), avec une fenêtre de lancement qui débutera en octobre 2022. (L’intégralité de ce communiqué publié le 28/10/2019 est ici)