Dernières News

Parker Solar Probe : La sonde qui va « frôler » le Soleil

Parker Solar Probe Illustration de la sonde de la NASA qui va étudier de près le Soleil. Crédits: Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory

Parker Solar Probe : La sonde qui va « frôler » le Soleil

La NASA va lancer le samedi 11 août 2018, Parker Solar Probe avec un lanceur Delta Heavy de United Launch Alliance (ULA) ( Le lancement sera à suivre ici). Cette sonde spatiale, anciennement nommée Solar Probe Plus, a été rebaptisée en l’honneur de l’astrophysicien Eugene Parker. C’est la première fois que l’agence spatiale américaine nomme un vaisseau spatial pour rendre hommage à un individu encore vivant. Elle ira étudier le Soleil à une distance plus proche que n’importe qu’elle autre engin spatial auparavant. La Terre se trouve à pratiquement 150 millions de km de son étoile. Après un long voyage, Parker Solar Probe se trouvera à une distance record en étant en orbite à seulement 6,43 millions de km du Soleil. Elle devra supporter des température avoisinant  1400°C. Son bouclier constitué d’une mousse en composite de carbone de 11,3 cm d’épaisseur ne sera pas de trop.

L’itinéraire de la sonde Parker Solar Probe

Le parcours de Parker Solar Probe

Les différentes phases de l’orbiteur qui croisera plusieurs fois Vénus. Crédit NASA

Animation des premieres orbites de Parker Solar Probe

Cette animation montre le parcours de la sonde de la NASA entre août 2018 et mars 2019. On remarque qu’elle croisera Vénus à deux reprises. Andy Driesman, chef de projet pour la mission explique:

« Parker Solar Probe utilise Venus pour ajuster sa trajectoire et ralentir afin de placer le vaisseau sur la meilleure trajectoire. Nous survolerons Vénus sept fois dans la mission pour se rapprocher de plus en plus du soleil. »

Présentation de la mission en anglais

Etudier la couronne solaire et le vents solaires

La mission de Parker Solar Probe sera double. Elle devra étudier la couronne solaire et comprendre pourquoi sa température est des centaines de fois supérieure à celle de la surface du Soleil. Les données recueillies par l’orbiteur américain devraient aider également les scientifiques à comprendre comment les vents solaires peuvent accélérer à des vitesses supersoniques. La NASA espère ainsi progresser dans la compréhension de ces domaines et mieux anticiper les changements dans l’environnement spatial de la Terre.

Pour approfondir

Retrouvez un article détaillé publié par le CNRS « Un ticket pour le Soleil« 

Source

Le site la mission est ici. Retrouvez un article de la NASA publié le 31/05/2017 ici.

Scroll Up