Dernières News

Où et quand va tomber Tiangong-1, la station spatiale chinoise ? (M.A.J. 31/03/2018)

Tiangong-1 Image radar de Tiangong-1. Crédit: FRAUNHOFER FHR

Où et quand va tomber Tiangong-1, la station spatiale chinoise ?

La station spatiale chinoise Tiangong-1 est hors de contrôle depuis mars 2016 et elle va finir par retomber sur Terre. Cette petite station spatiale de la taille d’un bus mesure 10 mètres de long et pèse 8,5 tonnes. Elle devrait se consumer dans l’atmosphère terrestre mais il est possible que des débris d’une cinquantaine de mètres s’écrasent à la vitesse de 400 km/h.

Quand va tomber Tiangong-1 ? (M.A.J. 31/03/2018)

L’agence spatiale européenne (ESA) et le CNES surveillent de près la station spatiale chinoise mais il est difficile de prévoir avec précision sa rentrée atmosphérique. Le 27 mars 2018, l’ESA estimait la fenêtre de rentrée entre le 31 mars et le 2 avril 2018. Le CNES précise sur son site que toutes les rentrées atmosphériques sont calculées pour une altitude de 80 km car c’est la hauteur à partir de laquelle les objets commencent à se fragmenter et à brûler. A ce jour, il semblerait que le retour se déroule le premier avril… Finalement, la rentrée est prévue le 2 avril vers 01h30 (heure française) avec une marge de plus ou moins 7 heures.

Tiangong-1

Prévisions de l’altitude de Tiangong-1 au 31 mars. Crédit: ESA

Où va tomber Tiangong-1 ?

Tiangong-1 ne survole que les régions situées entre les latitudes de 42,8° Nord et 42,8° Sud. Concrètement on ne peut rien dire de plus pour l’instant, on ne connaîtra avec précision les zones éventuellement impactées que quelques heures avant. Cette zone évite la France à l’exception de Perpignan, de la Corse et de certains territoires d’outre-mer comme la Martinique ou la Réunion.

Orbite de Tiangong-1

En 24 H, la station chinoise fait plusieurs fois le tour de la Terre comme le montre un exemple de trace au sol simulée sur 1 jour (traits jaunes). Crédits : CNES, 2018.

Stéphane Christy, expert au Centre d’orbitographie opérationnelle du CNES de Toulouse explique dans un article publié sur Spacegate:

«De manière générale, comme les objets en orbite évoluent à 7 km/s , la zone de retombée possible même une heure avant, correspond pratiquement à une révolution orbitale complète, soit à un ruban de l’ordre de quelques dizaines de milliers de kilomètres. Pour donner un ordre d’idée, à cette vitesse, il faut 2 min pour aller de Lille à Perpignan. De plus, il y aura probablement plusieurs impacts potentiellement éloignés dans le ruban identifié. Il est impossible de prévoir à coup sûr la retombée sur une ville particulière»

Il se veut rassurant pour les populations potentiellement concernées.

«Si on ramène la superficie de ces îles à celle de la zone survolée par la station, cela nous donne 1 chance sur 40 000 de tomber en Corse, 1 chance sur 308 000 de tomber en Martinique, 1 chance sur 138 000 de tomber sur La Réunion»

Le risque est faible mais il est réel. L’ESA a précisé que le risque d’être touché par un morceau de débris du Tiangong-1 est 10 millions de fois plus faible que celui d’être frappé par la foudre durant une année.

Comment observer le passage de la station ?

Dimanche matin, le « Palais céleste » chinois devrait passer à côté de Jupiter, Mars et Saturne lors de l’un de ses ultimes survols visibles en France avant sa désintégration. Pour tout savoir sur ce passage et pouvoir l’observer retrouvez un article du blog « Autour du ciel » de Guillaume Cannat: « Observez trois planètes et une station spatiale en perdition dans le ciel de l’aube« 

Image radar et modélisation 3D de Tiangong-1

Source

Retrouvez l’article du CNES avec l’interview de Stéphane Christy ici. La page de l’ESA avec la mise à jour des prévisions de la rentrée de Tiangong-1 est ici. Le déplacement de la station en temps réel est ici. L’Observation de Paris publie des cartes mises à jour des trajectoires de la station ici.

Scroll Up